• Nouveau
Poivre noir Kampot Bio
  • Poivre noir Kampot Bio
  • Poivre Kampot Bio
  • Nicolas à Kampot Cambodge
  • Nicolas à Kampot Cambodge

Poivre Kampot Bio

Piper nigrum L. - Origine : Cambodge 

Grains entiers de poivre de Kampot issus de l’agriculture biologique et indication géographique protégée. Ce poivre fruité, presque mentholé apporte des odeurs subtiles de pommes et d’eucalyptus. Il possède une saveur peu piquante, marquée par de fortes notes de camphre et de menthe poivrée. 

5,90 € TTC
Conditionnement
Quantité

Ingrédients

Grains entiers de poivre de Kampot issus de l’agriculture biologique, originaire du Cambodge. 

Notre poivre de Kampot

Récolté et trié à la main, le poivre de Kampot se cultive au Cambodge dans la province de Kep ou Kampot par des familles de petits producteurs fiers de leur savoir-faire. Il est également cultivé dans le respect du cahier des charges de l’agriculture biologique. 

Les baies de poivre sont les fruits du poivrier. Selon le moment de la cueillette et le traitement de ses fruits, est produit du poivre vert (conservation humide de baies immatures), du poivre noir (baies presque mûres, fermentées ou séchées), du poivre blanc (baies mûres dont on a enlevé l’enveloppe) ou du poivre gris (poivre noir moulu). Le poivre noir est le plus répandu et le plus piquant. 

Utilisation et dégustation 

En cuisine, il est conseillé de broyer le poivre de Kampot au mortier au dernier moment afin de préserver tous ses arômes, de préférence en fin de cuisson. Une cuisson trop longue pourrait le rendre amer. Vous pouvez aussi faire macérer des graines dans de l’huile d’olive, et vous en servir pour l’assaisonnement à la cuisson. 

Culture 

Le poivre noir provient de la cueillette des baies avant maturité complète. C’est le séchage, en provoquant une micro-fermentation au sein de chaque grain qui lui donne son aspect fripé et cette couleur allant du brun au noir. Les grains sont ensuite lavés puis triés manuellement pour éliminer les impuretés. Cent kilos de poivre vert donnent environ trente kilos de poivre noir. Lors du calibrage des grains, ceux-ci sont triés un à un sur une table. A cette étape on enlève les derniers rebuts pour que le poivre soit le plus homogène possible. On sépare ensuite les petits grains des gros grains ; certains pays sont plus friands des petits, le marché occidental préfère les gros. D’un point de vu organoleptique, on ne peut pas dire que les gros grains soient meilleurs que les petits, et vice versa. 

Le poivre de Kampot à la particularité de devoir être planté au pied d’une colline, dans un sol latéritique ou argilo-calcaire. Les boutures doivent provenir de Kampot et des deux espèces reconnues par l’appellation. Elles sont plantées deux par deux sur un tuteur, espacées d’1m80 de distance. Pour finir, ces boutures sont protégées de la lumière pendant trois ans. Un arrosage fréquent (trois fois par semaine) est nécessaire en raison de la sécheresse. Les apports en nutriments de la terre doit être exclusivement naturel. 

Ses vertus 

En Inde, le poivre noir est extrêmement présent dans la médecine traditionnelle ayurvédique comme stimulant et anti-bactérien. Le poivre de Kampot offre les mêmes vertus. Dans cette médecine, on l’associe au curcuma car il pourrait favoriser son assimilation et ses propriétés. Il permettrait également une meilleure digestion et stimulerait la production de salive et de suc gastriques. On lui prête des vertus sur le système respiratoire, pour lequel il peut être utilisé en prévention des rhumes et pour décongestionner les sinus. Pour bénéficier de ses vertus, vous pouvez plonger quelques grains de poivre moulu dans du miel et le consommer tel quel ou l’utiliser en décoction.

Un peu d’Histoire 

On trouve des traces du poivre de Kampot dans des récits de voyage de l’explorateur chinois Tcheou Ta-Kouan datant du XIIIe et XIVe siècle. Ce serait les immigrés de l’ile de Hainan (sud de la Chine), qui auraient importés le poivre dans la région de Kampot. Pendant la période coloniale, le poivre issu de cette région aurait connu une véritable apogée. Malheureusement, à partir de 1975, les Khmers Rouge auraient détruit toutes les cultures de cette épice pour les remplacer par des rizières. 

Trente ans plus tard, des petites familles de planteurs ont redonné vie au poivre de Kampot. Ainsi, c’est le premier produit cambodgien qui bénéficie de l’Indication Géographique Protégée (IGP), grâce à des producteurs français de piments d’Espelette. Cette indication a permis aux petits producteurs de multiplier par dix leurs revenus ! En 2016, le poivre de Kampot reçoit le label Appellation d’Origine Protégée, ce qui empêche les contrefaçons. 

Vous aimerez aussi

Avis

Cliquez ici pour donner votre avis