thé noir assam
  • thé noir assam
  • Thé noir Assam Bio

Thé noir Assam Bio

8,90 €
TTC

Thé noir originaire de la région d'Assam en Inde et issu de l'Agriculture Biologique

Conditionnement
Quantité

Ingrédients

Thé noir originaire de la région d'Assam au nord de l'Inde et issu de l'Agriculture Biologique. Il s'agit ici d'un F.O.P. Flowery Orange Pekoe, composé du bourgeon terminal et des deux feuilles suivantes
Vendu en sachets zip de 200 grammes, doublé et refermable pour préserver les qualités du produit.

Description

Les thés d’Assam sont caractérisés par de larges et grandes feuilles issues d’une variété de théier : le Camellia Sinensis var. Assamica.

Il s'agit ici d'un F.O.P. Flowery Orange Pekoe : composée du bourgeon terminal et des deux feuilles suivantes. Son arôme est particulièrement prononcé (par rapport au thé noir de Chine par exemple).

Les thés d'Assam sont emblématiques de ce qu'on appelle "le goût britannique" : épicés, tanniques et astringents, pouvant fort bien supporter un nuage de lait. 

Conseil de dégustation

Pour préparer ce thé noir, laissez infuser 4 à 5 minutes dans une eau à 95°C, jusqu'à ce qu'il prenne sa couleur chocolat.

Vertus

Le thé noir est riche en antioxydants connus sous le nom de polyphénols. Les antioxydants qu'il contient permettent d’améliorer la circulation sanguine, et de lutter contre les maladies liées au vieillissement. Étant également faible en sodium, protéines et glucides, il réduirait le risque d’infarctus et serait bénéfique pour tout le système cardiovasculaire.
Il permet aussi d’améliorer la concentration de calcium chez les femmes, et contribuerait à ralentir la progression de l’ostéoporose. Conseillé en cas d’infections digestives et de migraines, c’est aussi un allié des régimes.

Histoire

L'histoire du thé en Inde ne débute réellement qu'au XIXe siècle. Les Anglais avaient étudié la possibilité de cultiver du thé en Inde en acclimatant des graines de théiers chinois, mais faute de savoir-faire et matériel végétal suffisant, cela ne dépassa pas le stade expérimental. En 1823 un Écossais, Robert Bruce, découvre dans la jungle d'Assam, un arbre étrangement ressemblant aux théiers qu'il avait vu en Chine, et dont les tribus locales mâchaient les feuilles. Ce n'est que 10 ans plus tard que le frère de Robert Bruce (alors décédé), se voit confier le soin de développer cette culture. Mais la production ne convainc pas les consommateurs de Calcutta. Alors on envoya un célèbre espion en Chine, qui rapporte des pieds de théier chinois, et une 2ème tentative fut lancé. Il s'avère en fait que la 1ère production indienne plut beaucoup aux Londoniens ! En 1887, les importations de thé indien vers l'Angleterre devancèrent celles du thé chinois.
La Chine est aujourd'hui redevenu le plus gros pays producteur de thé au monde et l'Inde est juste derrière.

Culture

Situé dans le nord-est de l’Inde enclavé entre le Bangladesh, le Myanmar et la Chine, l’Assam est une région de faible altitude, très fertile, traversée par un fleuve, le Brahmapoutre. Recouverte par la forêt tropicale jusqu’au 19ème siècle et l'arrivée des Anglais, cette région produit aujourd’hui près de la moitié des thés indiens. Quatre récoltes sont possibles mais l’essentiel de la production est réalisé entre avril et octobre. Darjeeling est située juste à côté dans les hauteurs des contreforts de l'Himalaya.

Fabrication

Les principales phases de fabrication du thé noir sont :
* Le flétrissage : la feuille de thé étant composée de 70 à 80% d’eau, cette étape a pour but de la déshydrater. La récolte est répandue en mince couche sur de larges claies superposées. Cette opération consiste à assouplir la feuille en lui faisant perdre de son humidité, ce qui permettra de la manipuler sans la déchirer. La pièce est soumise à un courant d’air chaud.
* Le roulage : à l’issue du flétrissage, les feuilles ont gagné en souplesse et élasticité. Cette étape de fabrication a pour but de briser les cellules des feuilles afin de libérer les huiles essentielles et enzymes qu’elles contiennent et ainsi faciliter les réactions d’oxydation. De la durée et force du roulage dépend en partie le résultat final dans la tasse (astringence, couleur…)
* La fermentation / oxydation : c’est l’opération fondamentale dont dépend une grande partie de la qualité du thé. Les feuilles sont étalées en couche fine dans une atmosphère très humide à température contrôlée. Ce processus est surveillé de très près par des experts pour arrêter l’oxydation au bon moment pour éviter de “brûler” la feuille. Au cours du processus, la teinte des feuilles évolue vers le rouge, le brun.
* La dessiccation ou torréfaction : une fois le degré d’oxydation souhaité, il faut immédiatement exposer les feuilles à une température élevée pour interrompre le processus. On expose les feuilles à une température de 90°C. Dès la sortie du séchoir, les feuilles sont refroidies rapidement.
* le tri/criblage : cette étape consiste à séparer les feuilles selon leur taille et leur état à l’aide de tamis. dans de nombreux jardins le dernier tri se pratique manuellement. Les feuilles brisées pendant la manipulation d’un côté, les feuilles entières de l’autre. Ces dernières seront triées également en fonction de leur taille. Cette phase permet de déterminer les différents grades de qualité. Une fois triés le thé est transporté dans des silos où on le conserve jusqu’à l’emballage.

assam

Fiche technique

Conditionnement
2 kg - Vendu en sachet plastique refermable permettant de conserver la plante dans des conditions optimales
200 g - Vendu en sachet biodégradable refermable permettant de conserver la plante dans des conditions optimales
Pays d'origine
Inde
Type
Thé noir
Conseils de préparation
4 à 5 minutes dans une eau à 95°C